Zombis VS Personas

¡Los Zombis están por todas las partes! Películas, series de TV,… Y hasta en la vida cotidiana. ¿Realmente? Por supuesto que sí, pero no les vemos tan fácilmente. Sin embargo, están aquí, cada día, en nuestro alrededor… Y aunque el combate entre las personas y los zombis sea más sutil que en las producciones de Hollywood, es real. El resultado final determinará la supervivencia de una o otra especie.

Pero en primer lugar, ¿cómo reconocer a un « Zombi »?

En el cine, es fácil: son cadáveres ambulantes, con una consciencia más motivada por la pulsión que por la razón, tienen sed de energía vital, y no respetan ningún valor o moral. Siguen ciegamente estos preceptos, hasta dejarse atropellar por un coche.

¿Y en la realidad? Pues, si lo pensamos bien,… ¡¡es igual!! (salvo el aspecto físico, tal vez).  🙂

Bromas y noción « terrorífica » aparte, el concepto del humano “Zombi” puede definir a alguno de nosotros. ¿Cómo llegué a esta conclusión?

En septiembre 2012, a lo largo de mi Seminario Coaching en el Camino de Santiago, conocí a un joven, Javier, acompañado por su fiel perro “Tos”. En uno de nuestros encuentros, hemos hablado; y me comento cuanto era difícil para él encontrar un sitio en los albergues debido a la presencia de su compañero animal. De hecho, la mayor parte del tiempo, debía dormir fuera con “Tos”; la fidelidad tiene todo su sentido cuando es reciproca.

Sin embargo, este aspecto le hacía parecer aún más a un vagabundo, lo que no facilitaba la comunicación, ni siquiera con los otros peregrinos.

Esta última declaración me llamo la atención. En efecto, un peregrino no exige sino agradece. Cultiva la compasión y el respeto. Hace el camino hacia la naturaleza, hacia los demás,… lo que le llevará a descubrir su propia y verdadera esencia. ¿Cómo pueden algunos peregrinos ir en contra de esta noción de apertura que es, en definitiva, la base de su camino?

 

En respuesta, Javier pronuncio esta frase tan relevante: “En el Camino, hay mucha gente y pocas personas”.

Después de pedirle su autorización para convertirme en su mensajero, entendí la similitud con la Vida en general. En efecto, en el Camino, como en la Vida, hay mucha gente y pocas personas.

Cada uno podrá encontrar su propia explicación; aquí compartiré con vosotros la mía.

  • La “gente” está formada por aquellos que van por la vida como unos “Zombis”. Hacen las cosas porque hay que hacerlas, porque es la moda, porque otros les dijeron que era bueno hacerlo, y que eso era el camino para ser “normal”, y así alcanzar la felicidad (que nunca alcanzan, finalmente). De la experiencia, no sacarán nada más que la propia superficialidad que ellos mismos validaron ciegamente al principio. Estos seres son “Zombis” porque siguen un modo reactivo “reptiliano” = atacar, huir, abandonar su propia responsabilidad en manos de estas mismas entidades que les prometieron gestionar sus vidas a cambio de esta falsa promesa de felicidad.
  • Las “personas” son aquellas que viven la aventura de la vida en su versión más intensa, profunda,… Peligrosa en algunos momentos, y también muy real. Eligen en cada momento cual será el próximo paso hacia su destino, en acuerdo con lo que les parece justo. Estos seres son “Personas” porque utilizan el modo de funcionamiento “cognitivo”, proactivo = el razonamiento, la libertad de elección, y la responsabilidad. Definen lo que son, sus propios objetivos en consciencia, son empáticos, saben definir y defender sus reglas de manera ecológica. Tal vez ellos tampoco alcanzan su definición de la felicidad, pero hacer el camino que les lleva hacia ella, les acerca más que nunca. Caminar hacia un ideal, ya es alcanzarlo.

 

Como lo comente varias veces, venimos al Camino tal y como somos en nuestra vida cotidiana. Entonces, si estos “Zombis” existen ahí, es normal encontrarlos también en esta experiencia. La “reactividad” puede ser la razón por la cual emprenden el Camino (“alguien recomendó la experiencia”, o siguen la moda,…); también puede ser una iniciativa más proactiva, como una chispa de liberación. Finalmente, no importa lo que les motivó, porque lo más importante es lo que hacemos con la experiencia. Si no decidimos entrar completamente en la aventura, vivir conscientemente cada segundo, y sacar nuestro propia experiencia, nuestra evolución (siempre hay una, aunque sea escasa,… y menos mal) jamás alcanzará lo excepcional que podamos esperar de dicha experiencia. Algunos permanecerán “Zombis”, sin experimentar el milagro de nuestra humanidad = el amor y la consideración del otro.

 

Y para confirmar esta toma de consciencia, cuando llegamos a Burgos, encontramos esta otra frase:

”El Camino está en cada uno. Algunos lo harán con 1 solo paso cuando otros harán 100 pasos sin hacerlo”.

 

No estamos aquí para juzgar o cambiar a los demás, ya tenemos bastante con nuestras propias vidas.

Sin embargo, debéis tomar consciencia de esta realidad: en nuestro camino, encontraremos a muchas personas que presumirán de ser de tal o tal manera,… cuando sus actos confirmarán todo lo contrario. La versatilidad extrema, y la falta de integridad son las principales señales de los “Zombis”. Ellos no entenderán tu dinámica, intentarán reprochártela, y ¿por qué no? asimilarte. La diferencia pone en peligro las verdades que se instalaron de manera arbitraria. La diferencia asusta porque pone en relieve la debilidad de nuestras propias convicciones. Entonces, en vez de ponerse en cuestión, y de evolucionar, los “Zombis” prefieren aniquilar la fuente externa de sus miedos = TÚ. Tú eres la prueba de que otra vía es posible, una vía que requiere coraje… Pero, justamente, los “Zombis” no tienen coraje (pocos “Zombis” son solitarios, sin embargo, muchos peregrinos pueden viajar solos). Como eres el espejo que desvela sus debilidades, tratarán de neutralizarte.

¿Qué tipo de comportamiento podemos adoptar? No les juzgues. Mantente simplemente atento a sus presencias y gestiona la situación de la manera más justa para ti y para los que estén implicados; pero no te rindes nunca, no te unas a ellos, aunque te sientas agobiado por ellos,… mantente en el camino.

Porque otros, como tú  lo hacen: encuéntralos. Estos compañeros de viaje, aunque “siempre un poco diferentes”, comparten tu sentido. Más allá de las apariencias, descubrirás en ellos una fuente profunda de desarrollo que te permitirá seguir tu Camino.

 

« Si soy diferente de ti, no te hago daño, te aumento »

Saint-Exupéry

 

Javier y Tos, aunque diferentes de mi, haciendo nuestro « Camino Común”, me permitieron aumentar aún más mi nivel de consciencia. Aquí está el interés del Camino… pero debemos estar dispuestos a ello,… y no es el caso de los “Zombis”, encerrados en su visión estrecha del mundo, asustados por lo desconocido que, sin embargo, nos lleva hacia nuestro ideal.

Entonces: no seas un zombi, sino ¡un peregrino de tu Vida!

 

“Algunos  van en lejanos peregrinajes. Hacen una procesión alrededor del templo sin entrar en el santuario. Pero yo, hago un peregrinaje hacia el amigo que está en mí.”

Angelus Silesius

 

Así que, con el fin de ayudarte, y si lo deseas, puedes volver en esta página Web/Blog para compartir otras reflexiones…

🙂

Por lo demás, ya sabes cómo y dónde encontrarme:

david.barroso@caminocoaching.eu / www.caminocoaching.eu

 

« Buen Camino »

David BARROSO

Les Zombies sont partout ! Films, séries TV,…. Et même dans la vie quotidienne. Vraiment ? Oui, mais on ne les voit pas au premier abord. Et pourtant, ils sont là, chaque jour, autour de nous… Et bien que plus subtil que dans les productions Hollywoodiennes, l’affrontement entre les personnes et les zombies est réel. Et l’issue de ce combat influencera la pérennité d’une des 2 catégories d’êtres.

Mais d’abord, comment reconnait-on un « Zombie » ?

Au cinéma, c’est facile : ces sont des cadavres ambulants, avec une conscience motivée plus par la pulsion que par la raison, ils sont assoiffés d’énergie vitale, et ne répondent à aucune valeur ou morale. Ils suivent inlassablement les codes qui sont fixés par leur statut, et reproduisent immanquablement ces ordres, même si cela les conduits à se jeter sous une voiture.

Et dans la réalité ? En y réfléchissant bien,… c’est pareil !! (mis à part l’aspect physique, peut-être).  🙂

Toute blague et notion « horrifique » à part, le concept de l’humain « Zombie » peut définir certains d’entre nous. Comment suis-je arrivée à cette idée ?

 

En septembre 2012, pendant mon Séminaire Coaching sur le Chemin de St Jacques, j’ai rencontré un jeune homme, Javier, accompagné de son fidèle chien « Tos ». Lors d’une de nos rencontres, l’échange s’est instauré. Voyageant avec un animal, il me racontait combien il lui était difficile de passer la nuit dans les auberges, et que, finalement, il était souvent contraint de dormir dehors avec son compagnon ; comme quoi, la fidélité prend tout son sens quant elle est réciproque.

Cependant, cela renforçait son apparence de vagabond, ne facilitant ainsi donc pas la communication, même avec les autres pèlerins.

Cette dernière réflexion me surpris puisque, en principe, un pèlerin n’exige pas, mais remercie. Il fait preuve de compassion et de respect. Il entreprend un chemin pour s’ouvrir à la nature, aux autres,… ce qui l’amènera à s’ouvrir à ce qu’il est lui-même au plus profond de son être. Comment certains pèlerins pouvaient-ils aller à l’encontre de ce précepte d’ouverture qui est l’essence de leur cheminement ?

 

Et c’est là qu’il prononça cette phrase que je trouve révélatrice : « Sur le Chemin, il y a beaucoup de gens et peu de personnes ».

Après lui avoir demandé l’autorisation de m’en faire l’écho, j’ai pris conscience du parallèle avec la Vie en général. En effet, sur le Chemin, comme dans la Vie, il y a beaucoup de gens et peu de personnes.

 

Chacun y trouvera sa propre signification, aussi, je partage ici avec vous la mienne.

  • Les « gens », ce sont ceux qui parcourent la vie comme des « Zombies ». Ils font les choses parce qu’il faut les faire, parce que c’est la mode, parce que d’autres leur ont dit que c’était bien, et que c’était le chemin à suivre pour être « normal », atteindre le bonheur (qu’ils n’atteignent pas, finalement). En définitive, ils n’en retirent rien de plus que la superficialité qu’ils ont eux-mêmes cautionnée aveuglément au début. Ces êtres sont des « Zombies » parce qu’ils suivent un mode réactif « reptilien » = l’attaque, la fuite, l’abandon de sa propre auto-responsabilité au profit d’autres entités « censées » réguler leur vies, pour une promesse illusoire de bonheur.
  • Les « personnes », ce sont celles qui vivent l’aventure de la Vie dans ce qu’elle a de plus intense, profonde,…. Dangereuse par moment, et aussi très vrai, tout en choisissant à chaque pas leur destin, selon ce qu’elles pensent juste. Ces êtres sont des « Personnes » parce qu’elles utilisent leur mode de fonctionnement « cognitif », proactif = le raisonnement, le libre-choix, et l’auto-responsabilité. Ils définissent ce qu’ils sont, leur propre objectif en conscience, sont empathiques tout en sachant définir et défendre leur règles d’un point de vue écologique. Eux non plus, n’atteindront peut-être jamais leur propre définition du bonheur, mais le simple fait de faire le chemin les en rapproche plus que jamais. Aller vers lui, c’est déjà l’atteindre en soi.

 

Je l’ai souvent dit, nous venons sur le Chemin tels que nous sommes dans la vie quotidienne. Donc, si de tels « Zombies » existent dans la vie quotidienne, il est normal que les trouvions aussi dans cette expérience. Leur venue peut être due à un effet  réactif (« on leur à dit d’y aller », ils suivent une mode),… ou un soupçon de volonté de s’affranchir. Finalement, peu importe leurs motivations, puisque l’essentiel est ce que nous faisons de l’évènement. Si nous ne décidons pas d’entrer dans l’aventure pleinement, d’en vivre consciemment chaque seconde, et d’en sortir notre propre apprentissage, notre évolution (car malgré tout, il y en toujours, un peu,… et heureusement) n’atteindra pas l’exceptionnel que nous pouvons en attendre. Et certains resteront des « Zombies », passant à côté de ce qui fait le miracle de notre humanité = l’amour et la considération de l’autre.

 

Et comme pour confirmer cette prise de conscience, à l’arrivée à Burgos, il y avait aussi cette autre phrase :

« Le Chemin est en chacun. Certains le feront avec 1 seul pas quand d’autres, avec 100 pas, jamais ne le feront ».

 

Ceci dit, nous ne sommes pas ici pour juger ou changer les autres, nous avons déjà suffisamment à faire avec notre propre vie.

Mais malgré tout, prenez conscience de cet état de fait : sur votre chemin, vous rencontrerez beaucoup de personnes qui se prélaveront d’être ceci ou cela,… alors que leurs actes confirmeront tout le contraire. La versatilité extrême, et le manque d’intégrité sont des signaux forts qui qualifient les « Zombies ». Ils ne comprendront pas votre démarche, ils essaieront même de vous la reprocher, voire de vous assimiler. La différence remet cause en les vérités arbitrairement établies. La différence fait peur car elle nous renvoie à la faiblesse de notre propre conviction. Donc, au lieu de travailler sur eux, et d’évoluer, les « Zombies » vont préférer annihiler la source externe de leur peur = VOUS. Vous qui êtes la preuve qu’une autre voie existe, une voie qui nécessite du courage pour être arpentée…. Or justement, le courage, c’est ce qui manque aux « Zombies » (rares sont les Zombies « solitaires », alors qu’un Pèlerin peut voyager seul). Puisque vous les renvoyez à leur propre faiblesse, ils vont tenter de vous neutraliser.

Quel comportement adopter ? Ne les jugez pas, soyez simplement attentifs à leur présence, et gérez la situation pour votre plus grand bien et celui de ceux qui sont concernés. Défendez-vous si nécessaire, mais ne vous ralliez jamais à eux, même s’ils vous étouffent sous leur masse, et maintenez-vous surtout sur le chemin.

Car d’autres, tout comme vous, le parcourent : rapprochez-vous de ces derniers. Ces compagnons de route, bien que « toujours un peu différents », partagent votre dynamique. Au-delà des apparences, vous découvrirez en eux une profonde source de développement qui vous aidera à avancer sur votre Chemin.

 

« Si je diffère de toi, je ne te fais pas de tort, je t’augmente »

Saint-Exupéry

 

Javier et Tos, bien que « différents de moi », en cheminant sur notre « Chemin Commun », m’ont permis d’élever encore plus mon niveau de conscience. C’est tout l’intérêt du Chemin,… encore faut-il y être disposé,…. Ce que ne sont pas le « Zombies », enfermés dans leur carcan étroit sur la vision du monde, par peur d’affronter l’inconnu, qui lui nous mène vers notre idéal.

 

En résumé : au lieu d’être des zombies, soyez plutôt les pèlerins de vos Vie !

 

“Il y en a qui vont dans de lointains pèlerinages. Ils processionnent autour du temple sans entrer dans le sanctuaire. Mais moi, je vais en pèlerinage, vers l’ami qui demeure en moi.”

Angelus Silesius

 

Et pour vous y aider, si vous en sentez le besoin, revenez me voir sur cette page Web/Bog pour d’autres échanges,…

🙂

Pour le reste, vous savez à présent où et comment me trouver :

david.barroso@caminocoaching.eu / www.caminocoaching.eu

« Buen Camino »

David BARROSO

 

Posted in:

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.