Oui, oui, oui…… mais finalement non !

Depuis quelques mois, je mets en place des actions concrètes pour franchir un nouveau cap dans ma carrière professionnelle – je cherche du travail – et je me trouve confronté à une situation pour le moins particulière et déstabilisante.

Comme tout chemin, il y a des obstacles et je fais en sorte d’en tirer un enseignement, afin d’optimiser mes actions et de m’adapter.

Idéalement, lorsque les résultats ne dépendent que de vous, il y a une certaine assurance quant à la progression du projet.

En revanche, lorsque certains aspects dépendent de tiers, une part d’inconnu s’installe…

S’il est vrai que nous pouvons influer sur les évènements et les choix des autres… il y aura toujours quelque chose qui sera hors de notre contrôle.

C’est un fait !

Ceci dit, il y a un élément frustrant et trouble lorsque vous êtes face à une réponse de ce type : 

Oui, oui, oui…… mais finalement non !

Tout au long du parcours, les « feux » semblent au vert, et puis à la dernière minute, sans savoir pourquoi, « Feu Rouge » !

En technique de vente, cela fait partie de la gestion des objections et la solution est de faire spécifier les raisons du rejet afin d’ouvrir une nouvelle opportunité.

Mais ici, rien de concret n’est transmis.

  • Les règles du jeu ont changé, 
  • Le projet est suspendu, 
  • Un autre élément est introduit qui remet tout en cause…

Bref, une sensation amère s’installe parce qu’on semble vous dire, que de votre côté tout va bien, mais que c’est de l’autre qu’il y a du changement.

C’est comme ces couples qui se séparent et qui disent : « non, ça ne vient pas de toi, c’est moi ».

Si de mon côté tout va bien, que dois-je apprendre ? modifier ? adapter ?…. rien finalement ?

Que puis-je modifier dans ma stratégie, dans mes actions si le feedback ne renvoie rien d’utile ?

Alors certes, peut-être que ce que vous proposez, ce que vous êtes, amène l’autre partie à réfléchir et finalement à se rendre compte qu’elle doit redéfinir sa demande.

C’est effectivement une possibilité.

Mais quand c’est récurrent, cela interpelle. 

Alors ? Que dois-je faire ? 

J’entends déjà des voix s’élever en disant le mot « magique » : accepter.

Oui, certes. Comme toujours, « facile à dire »… Mais, cela me parait trop simple. Je peux me tromper mais j’ai la sensation qu’il y a « un arbre qui cache la forêt ».

Alors je laisse la question en suspend et je suis très intéressé para vos commentaires.

Merci

Buen Camino

Posted in:

4 Comments

  1. Bonjour David,
    J’ai rencontré ce phénomène dans ma vie aussi. Et cela arrive pour moi chaque fois que j’espère que l’autre est engagé alors que je n’ai pas réellement la preuve qu’il l’est.
    J’accepte la réponse de l’autre sans demander d’action associée. Et souvent cela reste une déclaration d’intention, puis au dernier moment, une excuse est mise en avant, dans la meilleur des cas, sinon un simple les circonstances actuelles, ne me permette pas de continuer… Et hop !
    Il y a dans ce problème 2 choses sur lesquelles je porte mon attention maintenant pour éviter autant que possible ce phénomène :
    – J’engage l’autre à poser des actions immédiates, et de mon coté je le fais aussi. Je pose une première action qui nécessite une action de l’autre.
    – Je vérifie le risque que je prends si finalement l’autre ne fait pas ce à quoi il s’est engagé. Si le risque est grand, j’arrête dès le début… Et je change de partenaire.
    Pas facile, dans tous les cas mais pour l’instant c’est assez efficace….
    Exemple :
    – J’arrête la formation… Je cherche des personnes qui veulent continuer cette activité et à qui je “donne” (réellement) ma marque commerciale… Je précise dès le départ, cela nécessite de venir suivre la prochaine formation complète… Si le repreneur me dit, “Je ne peux pas venir à Marrakech pour le prochain… Je passe à quelqu’un d’autres… Les dates changent… pour les sessions suivantes en France… Une des personnes me dit… Aïe je ne peux pas venir au deuxième séminaire… Je dis STOP !
    – Autre dernier exemple : Je cherche un partenaire pour co-animer des groupes de méditation… Je propose de venir à un groupe que j’anime pour essayer de travailler ensemble sur un exemple pas impliquant… l’autre n’est pas disponible… je ne travaillerai pas avec lui…
    Le désengagement est instantané !
    Je ne sais pas si cela va t’aider mais pourquoi pas… Un partage d’expérience…
    Buen Camino !

    • Pierre, merci pour ta réponse sur mon Blog. Je vais le valider pour que d’autres puissent en profiter. Ce que tu dis est très juste. Dans la recherche d’emploi, par exemple, il est difficile « d’obliger » l’autre à s’engager sur une action car il est un peu « maître » du jeu. Ceci dit, il ne faut pas hésiter à « gratter » la situation pour s’assurer de la viabilité de l’engagement et de la relation, et au premier signe de doute, nous sommes parfaitement en droit de prendre nos distance ; c’est une question d’amour propre. Merci beaucoup pour ton retour Amigo Peregrino ! 🤗

  2. Hello David,
    Un mot attire mon attention : “accepter”.
    Accepter est une des phases du, d’où la question : “quel deuil?”
    Y aurait il un process dans la notion d’acceptation…? Cf, intellectuel, émotionnel…
    En bref, voici quelques questions supplémentaires 😉

    • Hello Valérie,
      Et merci pour ces questions qui en amènent d’autres, comme une étape conduit à une autre… Tout processus est un chemin qui nous conduit vers soi. La finalité est d’en sortir l’apprentissage pour soi et ainsi pouvoir avancer sans que le problème précédent ne vienne te clouer sur place. Merci pour ton retour WV 😉

Répondre à Camino Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.